Имя пользователя:   Пароль:   Автоматически входить при каждом посещении  

Автор

Помогите, пожалуйста, перевести - 3

 
 Заголовок сообщения: Re: Помогите, пожалуйста, перевести
СообщениеДобавлено: 17 дек 2011, 10:44 
Не в сети

Зарегистрирован: 19 ноя 2011, 18:01
Сообщения: 13
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
"Не бойся" и "Такова я" (или "Такая я")

1.N'aie pas peur!
2. ainsi sois je, je suis comme ca, c'est tout moi как вариант


 
 Заголовок сообщения: Re: Помогите, пожалуйста, перевести
СообщениеДобавлено: 17 дек 2011, 10:46 
Не в сети

Зарегистрирован: 19 ноя 2011, 18:01
Сообщения: 13
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
"о шан э лизэ"

Это что из песни? Мне это напоминает "aux Champs-Élysées" "на Елисейских полях"


 Мужчина
 Заголовок сообщения: Re: Помогите, пожалуйста, перевести
СообщениеДобавлено: 18 дек 2011, 01:19 
Не в сети

Зарегистрирован: 11 ноя 2010, 23:42
Сообщения: 558
Откуда: ОДЕССА - МАМА
Изображений: 3
10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме
Скорее да, чем нет)


 
СообщениеДобавлено: 20 дек 2011, 22:36 
Не в сети

Зарегистрирован: 07 янв 2011, 21:03
Сообщения: 2
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
помогите пожалуйста составить рассказ по книге Альфонса Доде, если кто нибудь читал...преподаватель третий раз высказывает недовольства...очень надо


 Мужчина
 Заголовок сообщения: Re: Помогите, пожалуйста, перевести
СообщениеДобавлено: 22 дек 2011, 05:59 
Не в сети

Зарегистрирован: 20 дек 2011, 20:40
Сообщения: 5
Откуда: Russia
Изображений: 0
8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме
C'est de "Champs-Élysées".

_________________
Bonne chance!


 Мужчина
 Заголовок сообщения: Re: Помогите, пожалуйста, перевести
СообщениеДобавлено: 22 дек 2011, 16:47 
Не в сети

Зарегистрирован: 11 ноя 2010, 23:42
Сообщения: 558
Откуда: ОДЕССА - МАМА
Изображений: 3
10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме10 года на форуме
Roust-Roust писал(а):
C'est de "Champs-Élysées".

Это с елисейских полей


 
 Заголовок сообщения: Re: Помогите, пожалуйста, перевести
СообщениеДобавлено: 11 янв 2012, 18:39 
Не в сети

Зарегистрирован: 24 ноя 2011, 00:25
Сообщения: 3
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
Цитата:
J'ai sorti les courses du coffre


Всё совершенно ясно - "Я вынул покупки из багажника".


 
 Заголовок сообщения: Re: Помогите, пожалуйста, перевести
СообщениеДобавлено: 12 янв 2012, 13:17 
Не в сети

Зарегистрирован: 23 ноя 2011, 09:16
Сообщения: 4
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
[quote="Nataly_g"]Помогите перевести фразу, плиз!

J'ai sorti les courses du coffre.

У меня бессмыслица выходит какая-то!!
Это похоже на: Я вынул (вынес) покупки из сундука (шкафа - переносный смысл).


 
 Заголовок сообщения: Re: Помогите, пожалуйста, перевести
СообщениеДобавлено: 12 янв 2012, 13:20 
Не в сети

Зарегистрирован: 23 ноя 2011, 09:16
Сообщения: 4
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
Nataly_g писал(а):
Помогите перевести фразу, плиз!

J'ai sorti les courses du coffre.

У меня бессмыслица выходит какая-то!!((

Это похоже на: Я вынул (вынес) покупки (вещи) из сундука (шкафа - переносный смысл).


 
СообщениеДобавлено: 12 янв 2012, 13:22 
Не в сети

Зарегистрирован: 23 ноя 2011, 09:16
Сообщения: 4
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
существует ли перевод слова, если да, то какой?

la louviere


 
СообщениеДобавлено: 12 янв 2012, 21:34 
Не в сети

Зарегистрирован: 04 ноя 2011, 18:34
Сообщения: 1
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
Я воспринимаю это, как механизм с самозажимающимся захватом для поднятия тяжёлых грузов (типа камней).


 
СообщениеДобавлено: 13 янв 2012, 06:41 
Не в сети

Зарегистрирован: 23 ноя 2011, 09:16
Сообщения: 4
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
Спасибо всем! Я выяснила, что это слово обозначает - просто название чего-то. Я не пояснила откуда оно, и возможно поэтому ввела вас в заблуждение. Это адрес, где когда-то проживала моя тетя: Impasse de la Louviere. Значит - тупик Лувьер. Лувьер - бельгийский город машиностроителей и так же называется их футбольный клуб. А откуда взялось самозажимающее устройство? Поясните, пожалуйста.


 
СообщениеДобавлено: 13 янв 2012, 13:57 
Не в сети

Зарегистрирован: 13 янв 2012, 13:51
Сообщения: 1
8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме8 года на форуме
пожалуйста помогите перевести текст из первого издания французской энциклопедии Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers:

Цитата:
TARTARE, s. m. (Mytholog.) lieu du supplice des tyrans & des coupables des plus grands crimes. C’est l’abîme le plus profond sous la terre. Le mot [texte grec] se trouve dans Plutarque pour geler ou trembler de froid ; & d’autres auteurs, comme Hésiode, s’en sont aussi servi dans ce sens, parce qu’ils pensoient, que qui dit le primum obscurum dans la nature, dit aussi le primum frigidum.
Homere veut que cette prison ne soit pas moins éloignée des enfers en profondeur, que les enfers le sont du ciel. Virgile ajoute qu’elle est fortifiée de trois enceintes de murailles, & entourée du Phlégéton, torrent impétueux, dont les ondes enflammées entraînent avec fracas les débris des rochers ; une haute tour défend cette affreuse prison, dont la grande porte est soutenue par deux colonnes de diamans, que tous les efforts des mortels & toute la puissance des dieux ne pourroient briser ; couverte d’une robe ensanglantée, Tisiphone est assise nuit & jour à la porte de cette prison terrible, qui retentit de voix gémissantes, de cruels coups de fouet & d’un bruit affreux de chaînes. Mais je suis bien ridicule de ne pas laisser parler le prince des poëtes dans son beau langage.

Sub rupe sinistrâ Moenia lata videt triplici circumdata muro : Quæ rapidus flammis ambit torrentibus amnis Tartareus Phlegeton, torquetque sonantia saxa ; Porta adversa ingens, solidoque adamante columnoe Vis ut nulla virûm, non ipsi exscindere ferro Coelicoloe valeant : slat ferrea turris ad auras. Tisiphoneque sedens, palla succincta cruentâ, Vestibulum insomnis servat noctesque diesque, Hinc exaudiri gemitus, & soeva sonare Verbera < ?>ùm stridor ferri, tractoeque catenoe. Constitie AEneas, strcpitumque exterritus hausit. Æn. lib. VI. v. 548.

Un de nos poëtes lyriques s’est aussi surpassé dans la description du tartare ; lisons-la.

Qu’entens-je ! le tartare s’ouvre, Quels cris ! quels douloureux accens ! A mes yeux la flamme y découvre Mille supplices renaissans. Là sur une rapide roue, Ixion dont le ciel se joue, Expie à jamais son amour. Là le cœur d’un géant rebelle Fournit une proie éternelle A l’avide faim d’un vautour. Autour d’une tonne percée Se lassent ces nombreuses sœurs, Qui sur les freres de Lincée Vengerent de folles terreurs ; Sur cette montagne glissante Elevant la roche roulante, Sisiphe gémit sans secours ; Et plus loin cette onde fatale Insulte à la soif de Tantale, L’irrite, & le trahit toujours .

Si l’on trouvoit dans toutes les odes de M. de la Motte le feu & la verve qui brillent dans celle-ci, elles auroient eu plus d’approbateurs ; mais c’est Milton qui a le mieux réussi de tous les modernes dans la peinture du tartare. Elle glace d’effroi, & fait dresser les cheveux de ceux qui l’a lisent.
Selon l’opinion commune, il n’y avoit point de retour, ni de grace à espérer pour ceux qui étoient une fois précipités dans le tartare : Platon néanmoins n’embrasse pas tout-à-fait ce sentiment. Ceux, ditil, qui ont commis ces grands crimes, mais qui ne sont pas sans remede, comme ceux qui sont coupables d’homicide, mais qui en ont eu ensuite du regret, ceux là sont nécessairement précipités dans le tartare ; & après y avoir séjourné une année, un flot les en [920] retire ; & lors ils passent par le Cocyte, ou le Péryphlégéton, delà ils vont au lac Acherusia, où ils appellent par leur nom ceux qu’ils ont tués, & les supplient instamment de souffrir qu’ils sortent de ce lac, & de leur faire la grace de les admettre en leur compagnie. S’ils peuvent obtenir d’eux cette faveur, ils sont d’abord délivrés de leurs maux, sinon ils sont de nouveau rejettés dans le tartare ; ensuite une autre année ils reviennent au fleuve, comme ci-devant, & réiterent toujours leurs prieres, jusqu’à ce qu’ils aient fléchi ceux qu’ils ont offensés. C’est la peine établie par les juges.
Quelques mythologistes croient que l’idée du tartare, a été formée sur le Tartesse des anciens, qui étoit une petite île à l’embouchure du Bétis, aujourd’hui Guadalquivir en Espagne : mais c’est plutôt du fameux labyrinte d’Egypte qu’est tirée la prison du tartare, ainsi que toute la fable des enfers. (Le chevalier de Jaucourt.)


Tartares ou Tatars, (Géogr. mod.) peuples qui habitent presque tout le nord de l’Asie. Ces peuples sont partagés présentement en trois nations différentes ; savoir, 1°. les tartares ainsi nommés ; 2°. les Callmoucks ; 3°. les Moungales : car les autres peuples payens dispersés par toute la Sibérie, & sur les bords de la mer Glaciale, sont proprement des peuples sauvages, séparés, quoique descendant des anciens Tartares.
Les Tartares particulierement ainsi nommés, professent tous le culte mahométan, quoique chez la plûpart ce culte tient beaucoup plus du paganisme, que du mahométisme. Tous les Tartares se subdivisent en plusieurs nations, qu’il importe de faire connoître : les principales sont.
1°. Les Tartares Barabinskoi ; 2°. les Tartares Baskirs, & ceux d’Uffa ; 3°. les Tartares de Budziack. 4°. les Tartares Calmoucks ; 5°. les Tartares de la Casatschia Orda ; 6°. les Tartares de la Crimée ; 7°. les Tartares Circasses ; 8°. les Tartares du Daghestan ; 9°. les Tartares Koubane ; 10°. les Tartares Moungales ; 11°. les Tartares Nogais ; 12°. les Tartares Telangouts ; 13°. les Tartares Tonguses ; 14°. les Tartares de la grande Boucharie. 15°. Enfin les Tartares Usbecks.
Les Tartares Barabinskoi, sont des peuples payens de la grande Tartarie. Ils habitent le désert de Baraba, qui s’étend entre Tara & Tomskoi ; ils demeurent dans des huttes creusées en terre, avec un toit de paille, soutenu par des pieux élevés de trois piés ; cette nation est tributaire du czar.
Les Tartares Baskirs, ou de Baskain & d’Uffa, occupent la partie orientale du royaume de Casan, & les Tartares d’Uffa occupent la partie méridionale. Les uns & les autres sont grands & robustes ; ils ont le teint un peu basané, les cheveux noirs, & les sourcils fort épais ; ils portent une robe longue de gros drap blanc, avec une espece de capuchon attaché dont ils se couvrent la tête en hiver. Les femmes sont habillées à la façon des paysanes de Russie, sur-tout depuis qu’ils sont soumis à cette couronne ; leur langue est un mélange de langue tartare & russienne. Quoiqu’ils observent encore la circoncision, & quelques autres cérémonies mahométanes, ils n’ont plus aucune connoissance de l’alcoran, & n’ont par conséquent ni moullhas, ni mosquées ; ensorte queleur religion tient beaucoup du paganisme, chez ceux qui n’ont pas embrassé le culte grec. Comme le pays qu’ils habitent est situé entre les 52 d. 30. de longitude, & le 57. d. de latitude ; ce pays est fertile en grains, en fruits, en miel & en cidre. Aussi les Tartares Baskirs & d’Uffa, sement de l’orge, de l’avoine & d’autres grains, habitent dans des villages bâtis à la maniere de Russie, & se nourrissent de leur bétail & de la chasse.
Les Tartares de Budziack, habitent vers le rivage occidental de la mer Noire, entre l’embouchure du Danube & la riviere de Bog. Quoique ces Tartares soient une branche de ceux de la Crimée, & qu’ils en aient la religion & les coutumes, cependant ils vivent indépendans de la Porte, & du chan de la Crimée. Ils n’obéissent qu’à des murses, chefs des différens ordres qui composent leur corps. Ils font même quelquefois des incursions sur les terres des Turcs, & se retirent chez eux après le pillage. On dit que leur nation peut faire environ trente mille hommes.
Les Tartares Callmoucks, occupent une grande partie du pays qui est entre le Mongul & le Wolga. Ils sont divisés en plusieurs hordes particuliers, qui ont chacune leur aucoes, ou chan, à part. Les Callmoucks n’ont point d’habitation fixe, mais seulement des tentes de feutre, avec lesquelles ils campent & décampent en un instant. Ils se mettent en marche au printems, le long des pâturages, sur les bords du Wolga, & menent avec eux quantité de chameaux, de bœufs, de vaches, de chevaux, de moutons & de volailles. Ils viennent de cette maniere en forme de caravanes à Astracan, avec toutes leurs familles pour y commercer. Ils échangent leurs bestiaux pour du blé, du cuivre, du fer, des chauderons, des couteaux, des ciseaux, du drap, de la toile, &c.
Les Callmoucks sont robustes & guerriers. Ils y en a toujours un corps dans les troupes du czar, suivant le traité d’alliance fait avec eux, & ce corps monte à environ six mille hommes.
Les Tartares de la Casatschia Orda, sont une branche des Tartares mahométans, qui habitent dans la partie orientale du pays de Turkestan, entre la riviere de Jemba & celle de Sirth. Ils ont la taille moyenne, le teint fort brûlé, de petits yeux noirs brillans & la barbe épaisse. Ils coupent leurs cheveux qu’ils ont extrêmement forts & noirs, à quatre doigts de la tête, & portent des bonnets ronds d’un empan de hauteur, d’un gros drap ou feutre noir, avec un bord de pelleterie ; leur habillement consiste dans une chemise de toile de coton, des culottes de peau de mouton, & dans une veste piquée de cette toile de coton, appellée kitaiha par les Russes ; mais en hiver ils mettent par-dessus ces vestes une longue robe de peau de mouton, qui leur sert en été de matelats ; leurs bottes sont fort lourdes & faites de peau de cheval, de sorte que chacun peut les façonner lui-même ; leurs armes sont le sabre, l’arc & la lance, car les armes à feu sont jusqu’à présent fort peu en usage chez eux.
Ils sont toujours à cheval, en course, ou à la chasse, laissant le soin de leurs troupeaux & de leurs habitations à leurs femmes, & à quelques esclaves. Ils campent pour la plûpart sous des tentes ou hutes, vers les frontieres des Callmoucks & la riviere de Jemba, pour être à portée de butiner. Dans l’été ils passent fort souvent les montagnes des Aigles, & viennent faire des courses jusque bien avant dans la Sibéric, à l’ouest de la riviere d’Irtis.
Les Cara-Kalpaks, qui habitent la partie occidentale du pays de Turkestan, vers les bords de la mer Caspienne, sont les fideles alliés & parens des Tartares de la Casatschia Orda, & les accompagnent communément dans leurs courses, lorsqu’il y a quelque grand coup à faire.
Les Tartares de la Casatschia-Orda, font profession du culte mahométan, mais ils n’ont ni alcoran, ni moulhas, ni mosquées, ensorte que leur religion se réduit à fort peu de chose. Ils ont un chan qui réside ordinairement en hiver dans la ville de Taschkant, & qui en été va camper sur les bords de la riviere de Sirth, & les frontieres des Callmoucks ; mais leurs
[921] murses particuliers qui sont fort puissans, ne laissent guere de pouvoir de reste au chan. Ces Tartares peuvent armer tout-au-plus trente mille hommes, & avec les Cara-kalpaks cinquante mille, tous à cheval.
Les Tartares de la Crimée sont présentement partagés en trois branches, dont la premiere est celle des Tartares de la Crimée ; la seconde, celle des Tartares de Budziach ; & la troisieme celle des Tartares Koubans. Les Tartares de la Crimée sont les plus puissans de ces trois branches ; on les appelle aussi les Tartares de Perékop, ou les Tartares Saporovi, à cause que par rapport aux Polonois qui leur donnent ce nom, ils habitent au-delà des cataractes du Borysthène.
Ces Tartares occupent à-présent la presqu’île de la Crimée, avec la partie de la terre ferme au nord de cette presqu’île, qui est séparée par la riviere de Samar de l’Ukraine, & par la riviere de Mius du reste de la Russie. Les Tartares de la Crimée sont ceux de tous les Tartares mahométans qui ressemblent le plus aux Calmoucks, sans être néanmoins si laids ; mais ils sont petits & fort quarrés ; ils ont le tein brûlé, des yeux de porc peu ouverts, le tour du visage plat, la bouche assez petite, des dents blanches comme de l’ivoire, des cheveux noirs qui sont rudes comme du crin, & fort peu de barbe. Ils portent des chemises courtes de toile de coton, & des caleçons de la même toile ; leurs culottes sont fort larges & faites de quelque gros drap ou de peau de brebis ; leurs vestes sont de toile de coton, piquée, à la maniere des caffetans des Turcs ; & au-dessus de ces vestes ils mettent un manteau de feutre, ou de peau de brebis.
Leurs armes sont le sabre, l’arc, & la flèche. Leurs chevaux sont vilains & infatigables. Leur religion est la mahométane. Leur souverain est un chan allié de la porte Ottomane, & dont le pays est sous la protection du grand-seigneur. C’est dans la ville de Bascia-Sarai, située vers le milieu de la presqu’île de Crimée, que le chan fait ordinairement sa résidence. La partie de la terre ferme au nord de Perékop, est occupée par des hordes de Tartares de la Crimée, qui vivent sous des huttes, & se nourrissent de leur bétail, lorsqu’ils n’ont point occasion de brigander.
Les tartares de ce pays passent pour les plus aguerris de tous les Tartares. Ils sont presque toujours en course, portant avec eux de la farine d’orge, du biscuit, & du sel pour toute provision La chair de cheval & le lait de jument font leurs délices. Il coupent la meilleure chair de dessus les os, par tranches, de l’épaisseur d’un pouce, & les rangent également sur le dos d’un autre cheval, sous la selle, & en observant de bien serrer la sangle, & ils font ainsi leur chemin. Au bout de trois ou quatre lieues ils levent la selle, retournent les tranches de leur viande, remettent la selle comme auparavant, & continuent leur traite. A la couchée le ragoût se trouve tout prêt ; le reste de la chair qui est à l’entour des os se rôtit à quelques bâtons, & se mange sur-lechamp au commencement de la course.
Au retour du voyage, qui est souvent d’une centaine de lieues & davantage, le chan prend la dixme de tout le butin, qui consiste communément en esclaves ; le murse de chaque horde en prend autant sur la part qui peut revenir à ceux qui sont sous son commandement, & le reste est partagé également entre ceux qui ont été de la course. Les Tartares de la Crimée peuvent mettre jusqu’à quatre-vingt mille hommes en campagne.
Les Tartares Circasses habitent au nord-ouest de la mer Caspienne, entre l’embouchure de la riviere de Wolga & la Géorgie. Le peuple qui est présentement connu sous le nom des Circasses, est une branche des tartares mahométans. Du-moins les Circasses conservent-ils jusqu’aujourd’hui la langue, les coutumes, les inclinations, & même l’extérieur des Tartares, nonobstant qu’on puisse s’appercevoir facilement qu’il doit y avoir bien du sang des anciens habitans du pays mêlés chez eux, parmi celui des Tartares.
Il y a beaucoup d’apparence que les Tartares Circasses, aussi-bien que les Daghestans, sont de la postérité de ceux d’entre les Tartares qui furent obligés, du tems que les sofis s’emparerent de la Perse, de se retirer de ce royaume pour aller gagner les montagnes qui sont au nord de la province de Schirvan, d’où les Perses ne les pouvoient pas chasser si facilement, & où ils étoient à portée d’entretenir correspondance avec les autres tribus de leur nation, qui étoient pour-lors en possession des royaumes de Casan & d’Astracan.
Les Tartares Circasses sont assez laids, & presque toutes leurs femmes sont très-belles. En été elles ne portent qu’une simple chemise d’une toile de coton, fendue jusqu’au nombril, & en hiver elles ont des robes semblables à celles des femmes russiennes : elles se couvrent la tête d’une sorte de bonnet noir qui leur sied fort bien ; elles portent autour du cou plusieurs tours de perles de verre noir, pour faire d’autant mieux remarquer les beautés de leur gorge ; elles ont un tein de lys & de rose, les cheveux & les plus beaux yeux noirs du monde.
Les Tartares Circasses se font circoncire, & observent quelques autres cérémonies mahométanes ; mais la religion grecque commence à faire beaucoup de progrès dans leur pays. Ils habitent en hiver dans des villages, & ont pour maisons de chetives chaumieres ; en été ils vont camper la plûpart du tems dans les endroits où ils trouvent de bons pâturages, savoir vers les frontieres du Daghestan & de la Georgie, où le pays est fort beau, & fertile en toutes sortes de légumes & de fruits. C’est de la partie montueuse de la Circassie que viennent les chevaux circasses, tant estimés en Russie, pour leur vîtesse, la grandeur de leurs pas, & la facilité de les nourrir.
Les Circasses ont des princes particuliers de leur nation auxquels ils obéissent, & ceux-ci sont sous la protection de la Russie, qui possede Terki, capitale de tout le pays : les Circasses peuvent faire une vingtaine de mille hommes armés.
Les Tartares du Daghestan s’étendent en longueur depuis la riviere de Bustro, qui tombe dans la mer Caspienne, à 43d. 20’. de latitude jusqu’aux portes de la ville de Derbent ; & en largeur, depuis le rivage de la mer Caspienne, jusqu’à six lieues de la ville d’Erivan. Le pays est par-tout montueux, mais il ne laisse pas d’être d’une grande fertilité dans les endroits où il est cultivé.
Ces Tartares sont les plus laids de tous les Tartares mahométans. Leur tein est fort basané, & leur taille au-dessous de la médiocre est très-renforcée ; leurs cheveux sont noirs & rudes comme des soies de cochon ; leurs chevaux sont fort petits, mais lestes à la course, & adroits à grimper les montagnes ; ils ont de grands troupeaux de bétail, dont ils abandonnent le soin à leurs femmes & à leurs esclaves, tandis qu’ils vont chercher à voler dans la Circassie & dans la Géorgie, des femmes & des enfans, qu’ils exposent en vente à Derbent, à Erivan, & à Tifflis.
Ils obéissent à divers petits princes de leur nation qui prennent le nom de sultans, & qui sont tout aussi voleurs que leurs sujets ; ils nomment leur grand chan schemkal, dont la dignité est élective. Ce schemkal réside à Boinac. Tout barbares que sont les Tartares Daghestans, ils ont un excellent usage pour le bien de leur pays, savoir que personne ne se peut marier chez eux, avant que d’avoir planté dans un certain endroit marqué, cent arbres fruitiers, d’où
[922] vient qu’on trouve par-tout dans les montagnes du Daghestan, de grandes forets d’arbres fruitiers de toute espece.
Ces mêmes montagnes, dont ils connoissent seuls les sentiers, ont servi à conserver jusqu’ici les Tartares Daghestans dans l’indépendance des puissances voisines ; cependant la forteresse de Saint-André que les Russes ont bâtie dans le cœur de leur pays, sur le bord de la mer Caspienne, entre Derbent & Terki, non seulement les tient en bride, mais porte bien la mine de les contraindre un jour à l’obéissance de la Russie, d’autant plus que toutes leurs forces ne montent guere qu’à quinze ou vingt mille hommes.
Les Tartares Koubans habitent au sud de la ville d’Assof, vers les bords de la riviere de Koucan, qui a sa source dans la partie du mont Caucase, que les Russes appellent Turki-Gora, & vient se jetter dans le Palus Méotide, à 46d. 15’. de latitude au nordest de la ville de Daman.
Ces Tartares sont encore une branche de ceux de la Crimée, & étoient autrefois soumis au chan de cette presqu’île ; mais présentement ils ont leur chan particulier, qui est d’une même famille avec les chans de la Crimée. Il ne reconnoît point les ordres de la Porte, & se maintient dans une entiere indépendance, par rapport à toutes les puissances voisines. La plus grande partie de ces tartares ne subsistent que de ce qu’ils peuvent piller sur leurs voisins, & fournissent aux Turcs quantité d’esclaves circasses, géorgiennes & abasses, qui sont fort recherchées.
C’est pour couvrir le royaume de Casan contre les invasions de ces Tartares, que le czar Pierre a fait élever un grand retranchement qui commence auprès de Zarista sur le Wolga, & vient aboutir au Don, vis-à-vis la ville de Twia. Lorsque les Tartares de la Crimée ont quelques grands coups à faire, les Koubans ne manquent pas de leur prêter la main : ils peuvent former ensemble trente à trente-cinq mille hommes.
Les Tartares Moungales, Mogoules, ou Mungales, occupent la partie la plus considérable de la grande Tartarie, que nous connoissons maintenant sous le nom du pays des Moungales. Ce pays, dans l’état où il est à présent, est borné à l’est par la mer orientale, au sud par la Chine, à l’ouest par le pays des Callmoucks, & au nord par la Sibérie. Il est situé entre les 40 & 50 degrés de latitude, & les 110 & les 150 degrés de longitude ; en sorte que le pays des Moungales n’a pas moins de quatre cens lieues d’Allemagne de longueur, & environ 150 de largeur.
Les Moungales qui habitent à-présent ce pays, sont les descendans de ceux d’entre les Mogoules, qui après avoir été pendant plus d’un siecle en possession de la Chine, en furent rechassés par les Chinois vers l’an 1368 ; & comme une partie de ces fugitifs s’étant sauvée par l’ouest, vint s’établir vers les sources des rivieres de Jéniséa & Sélinga, l’autre partie s’en étant retirée par l’est, & la province de Léaotung, alla s’habituer entre la Chine & la riviere d’Amur.
On trouve encore à l’heure qu’il est deux sortes de Moungales, qui sont fort différens les uns des autres, tant en langue & en religion, qu’en coutumes & manieres ; savoir les Moungales de l’ouest, qui habitent depuis la Jéniséa jusque vers les 134 degrés de longitude, & les Moungales de l’est, qui habitent depuis les 134 degrés de longitude jusqu’au bord de la mer orientale.
Les Moungales de l’ouest vivent du produit de leur bétail, qui consiste en chevaux, chameaux, vaches & brebis. Ils conservent le culte du Dalaï- Lama, quoiqu’ils ayent un grand-prêtre particulier appellé Kutuchta. Ils obéissent à un kan, qui étoit autrefois comme le grand kan de tous les Moungales ; mais depuis que les Moungales de l’est se sont emparés de la Chine, il est beaucoup déchu de sa puissance cependant il peut encore mettre cinquante mille chevaux en campagne. Plusieurs petits kans de Moungales, qui habitent vers les sources de la Jéniséa & les deserts de Gobi, lui sont tributaires, & quoiqu’il se soit mis lui-même sous la protection de la Chine pour être d’autant mieux en état de tenir tête aux Callmoucks, cette soumission n’est au fonds qu’une soumission précaire & honoraire. Il ne paye point de tribut à l’empereur de la Chine, qui le redoute même plus qu’aucun autre de ses voisins, & ce n’est pas sans raison ; car s’il lui prenoit jamais fantaisie de s’unir avec les Callmoucks contre la Chine, la maison qui regne présentement dans cet empire, n’auroit qu’à se tenir ferme sur le trône.
Les Moungales de l’est ressemblent aux Moungales de l’ouest, excepté qu’ils sont plus blancs, sur-tout le sexe. Ils ont des demeures fixes, & même des villes & des villages ; mais leur religion n’est qu’un mélange du culte du Dalai-Lama & de celui des Chinois. Ils descendent presque tous des Mogouls fugitifs de la Chine ; & quoiqu’ils ayent encore quelques petits princes qui portent le titre de kan, c’est une légere satisfaction que la cour de Pekin veut bien leur laisser. Leur langue est un mélange de la langue chinoise & de l’ancienne langue mogoule, qui n’a presque aucune affinité avec la langue des Moungales de l’ouest.
Les Tartares Nogais, Nogaiens, de Nagaï, de Nagaïa ou Nagaiski, occupent la partie méridionale des landes d’Astracan, & habitent vers les bords de la mer Caspienne, entre le Jaïck & le Wolga : ils ont les Cosaques du Jaïck pour voisins du côté de l’orient ; les Callmoucks dépendans de l’Ajuka-Chan du côté du septentrion ; les Circasses du côté de l’occident, & la mer Caspienne les borne vers le midi.
Les Tartares Nogais sont à-peu-près faits comme ceux de Daghestan, excepté que pour surcroit de difformité, ils ont le visage ridé comme une vieille femme. Ils logent sous de petites huttes, & campent pendant l’été dans les endroits où ils trouvent les meilleurs pâturages. Ils vivent de la chasse, de la pêche & de leur bétail. Quelques-uns même s’attachent à l’agriculture. Ils sont maintenant soumis à la Russie, mais sans être sujets à d’autre contribution que celle de prendre les armes toutes les fois que l’empereur de Russie le demande ; & c’est ce qu’ils font avec plaisir, parce qu’ils ont les mêmes inclinations que tous les autres tartares mahométans, c’est-à-dire d’être fort âpres au butin. Ils peuvent armer jusqu’à vingt mille hommes, & ne vont à la guerre qu’à cheval.
Les Tartares Télangouts habitent aux environs du lac que les Russes appellent Osero-téleskoi, & d’où la grande riviere Obi prend sa source. Ils sont sujets du Coutaisch, & menent à-peu-près la même vie que les autres callmoucks.
Les Tartares Tongous ou Tunguses, sont soumis à l’empire russien. Ces peuples occupent à-présent une grande partie de la Sibérie orientale, & sont divisés par les Russes en quatre branches principales, savoir :
1°. Les Podkamena-Toungousi, qui habitent entre la riviere de Jéniséa & celle de Léna, au nord de la riviere d’Angara. 2°. Les Sabatski-Toungousi, qui habitent entre la Léna, & le fond du golfe de Kamtzchatka, vers les 60 degrés de latitude au nord de la riviere d’Aldan. 3°. Les Olenni-Toungousi, qui habitent vers les sources de la Léna, & de la riviere d’Aldan, au nord de la riviere d’Amur. 4°. Les Conni-Toungousi, qui habitent entre le lac Baikal & la ville de Nerzinskoi, & le long de la riviere d’Amur.
Il n’est pas difficile d’appercevoir que ces peuples
[923] sont issus d’un même sang avec tous les autres tartares, parce qu’ils ont à-peu-près les mêmes inclinations & la même physionomie ; cependant ils ne sont pas tout-à-fait si basannés & si laids que les Callmoucks, ayant les yeux beaucoup plus ouverts, & le nez moins écrasé que ne les ont ces derniers. Ils sont pour la plûpart d’une taille haute & robuste, & sont généralement plus actifs que les autres peuples de la Sibérie.
Les Podkamena-Toungousi & les Sabatski-Toungousi ne different guere en leur maniere de vivre des Ostiakes & des Samoyedes leurs voisins. Ils portent en hiver des habits de peaux de cerfs ou de rennes, le poil en dehors, & des culottes, bas & souliers de ces mêmes peaux tout d’une piece. Ils vivent en été de la pêche, & dans l’hiver de la chasse. Ils n’ont point d’autres prêtres que quelques schammans, qu’ils consultent plutôt comme des sorciers, que comme des prêtres.
Les Olenni-Toungousi vivent pareillement de la chasse & de la pêche ; mais ils nourrissent en même tems des bestiaux, & s’habillent tant en été qu’en hiver de peaux de brebis, ou de jeunes daims ; ils se servent de bonnets de peaux de renards qu’ils peuvent abattre à l’entour du cou lorsqu’il fait bien froid.
Les Conni-Toungousi sont les moins barbares de tous ces peuples ; ils se nourrissent quasi tous de leur bétail, & s’habillent à-peu-près comme les Moungales, auxquels ils ressemblent beaucoup en toutes choses. Ils coupent leurs cheveux à la façon des Callmoucks & des Moungales, & se servent des mêmes armes qu’eux ; ils ne cultivent point de terres ; mais au-lieu de pain, ils se servent des oignons de lis jaunes qui croissent en grande quantité en ces quartiers, dont ils font une sorte de farine après les avoir séchés ; & de cette farine ils préparent une bouillie qu’ils trouvent délicieuse : ils mangent aussi bien souvent les oignons lorsqu’ils sont séchés, sans en faire de la farine ; ils sont bons hommes de cheval, & leurs femmes & leurs filles montent également à cheval, & ne sortent jamais sans être armées.
Tous les Toungouses en général sont braves & robustes ; ils habitent des huttes ou maisons mouvantes ; leur religion est à-peu-près la même par-tout, & ils prennent autant de femmes qu’ils en peuvent entretenir. Il n’y a qu’un petit nombre de conni-toungousi qui obéissent à la Chine ; le reste de ce peuple est sous l’obéissance de la Russie, qui en tire les plus belles pelleteries de la Sibérie.
Les Tartares Usbecks habitent la grande Bucharie & le pays de Charass’m. La grande Bucharie est une vaste province de la grande Tartarie, & elle renferme les royaumes de Balk, de Samarcande & de Boikkahrah. Les Usbecks de la grande Bucharie viennent camper ordinairement aux environs de la riviere d’Amur, & dans les autres endroits où ils peuvent trouver de bons pâturages pour leur bétail, en attendant des occasions favorables de brigandage. Ils font des courses sur les terres voisines des Persans, ainsi que les Usbecks du pays de Charass’m ; & il n’y a ni paix, ni treve qui puisse les empêcher de piller, parce que les esclaves & autres effets de prix qu’ils ravissent, font toute leur richesse. Lorsque leurs forces sont réunies, ils peuvent armer une quarantaine de mille hommes d’assez bonne cavalerie.
Tous les Tartares tirent leur nom d’un des fils d’Alanza-Cham, appellé Tatar, qui le donna à sa tribu, d’où il a passé aux alliés de cette tribu, & ensuite à toutes les branches des peuples barbares de l’Asie, qui butinoient sur leurs voisins, tant en tems de paix qu’en tems de guerre ; cependant ils ont porté le nom de turcs, jusqu’à ce que Genghis-Chan les ayant rangés sous son joug, le nom de turcs est insensiblement venu à se perdre, & a fait place à celui de tartares, sous lequel nous les connoissons à-présent. Quand Genghis-Chan eut envahi l’Asie méridionale, & qu’on eut conçu que ce prince des Mogoules étoit en même tems le souverain des Tartares, on choisit de donner à tous les peuples de ces quartiers le nom de Tartares qu’on connoissoit, par préférence à celui de Mogoules dont on n’avoit jamais entendu parler.
Les Tartares tant mahométans que Callmoucks Moungales, prennent autant de femmes légitimes qu’ils veulent, ainsi qu’un grand nombre de concubines, qu’ils choisissent d’ordinaire parmi leurs esclaves ; mais les enfans qui naissent des unes & des autres sont également légitimes & habiles à hériter de leurs peres.
Tous les Tartares sont accoutumés de tirer la même nourriture des chevaux que nous tirons des vaches & des bœufs ; car ils ne mangent communément que de la chair de cheval & de brebis, rarement de celle de bœuf ou de vache, qu’ils n’estiment pas à beaucoup près si bonne. Le lait de jument leur sert aux mêmes usages qu’à nous le lait de vache, & on assure que le lait de jument est meilleur & plus gras. Outre cela, il est bon de remarquer que presque dans toute la Tartarie, les vaches ne souffrent point qu’on les traye ; elles nourrissent à la vérité leurs veaux, mais d’abord qu’on les leur ôte, elles ne se laissent plus approcher, & perdent incessamment leur lait, en sorte que c’est une espece de nécessité qui a introduit l’usage du lait de jument chez les Tartares.
Ils ont une maniere singuliere de combattre, dans laquelle ils font fort habiles. En allant à l’action, ils se partagent sans aucun rang, en autant de troupes qu’il y a d’hordes particulieres qui composent leur armée, & chaque troupe a son chef à la tête. Ils ne se battent qu’à cheval, & tirent leurs fleches en fuyant avec autant d’adresse qu’en avançant ; en sorte qu’ils trouvent toujours leur compte à harceler les ennemis de loin, en quoi la vîtesse de leurs chevaux leur est d’un grand secours.
Ils ont tous une exacte connoissance des aimacks ou tribus dont ils sont sortis, & ils en conservent soigneusement la mémoire de génération en génération. Quoique par la suite du tems une telle tribu vienne à se partager en diverses branches, ils ne laissent pas pour cela de compter toujours ces branches pour être d’une telle tribu ; en sorte qu’on ne trouvera jamais aucun tartare, quelque grossier qu’il puisse être d’ailleurs, qui ne sache précisément de quelle tribu il est issu.
Chaque tribu ou chaque branche séparée d’une tribu, a son chef particulier pris dans la tribu même, qui porte le nom de mursa ; & c’est proprement une espece de majorat qui doit tomber d’aîné en aîné dans la postérité du premier fondateur d’une telle tribu, à moins que quelque cause violente ne trouble cet ordre de succession. Un tel mursa doit avoir annuellement la dixme de tous les bestiaux de ceux de sa tribu, & la dixme du butin que sa tribu peut faire lorsqu’elle va à la guerre.
Les familles qui composent une tribu, campent d’ordinaire ensemble, & ne s’éloignent pas du gros de l’horde sans en faire part à leur mursa, afin qu’il puisse savoir où les prendre lorsqu’il veut les rappeller. Ces murses ne sont considérables à leur chan, qu’à proportion que leurs tribus sont nombreuses ; & les chans ne sont redoutables à leurs voisins, qu’autant qu’ils ont beaucoup de tribus, & des tribus composées d’un grand nombre de familles sous leur obéissance. C’est en quoi consiste toute la puissance, la grandeur & la richesse d’un chan des Tartares.
C’est une coutume qui a été de tout tems en usage chez les Tartares, que d’adopter le nom du prince, pour lui marquer leur affection ; j’en citerai pour preuve le nom de Moguls ou Mungales, & celui de
[924] Tartars, que cette partie de la nation turque qui obéissoit à Mogull, ou Mungul-Chan, & à son frere Tartar-Chan, prit anciennement. C’est aussi la verirable dérivation du nom d’Usbecks que les Tartares de la grande Bucharie & du pays de Charassin, portent en mémoire d’Usbeck-Chan. Les Mungales de l’est ont adopté le nom de Mansueurs, de Moensueu-Chan, empereur de la Chine. Semblablement les Callmoucks-Dsongari, sujets de Contaisch, ou grand chan des Callmoucks, ont pris le nom de Contaischi, pour témoigner leur attachement à ce souverain.
Tous les Tartares, même ceux qui ont des habitations fixes, emportent avec eux dans leurs voyages, leurs effets de prix, non-seulement quand ils changent de demeure, mais même en allant à la guerre. De-là vient que lorsqu’il leur arrive de perdre une bataille, une partie de leur bagage reste ordinairement en proie au vainqueur ; mais ils sont en quelque maniere nécessités d’emporter leurs effets avec eux, parce qu’ils laisseroient autrement leurs biens & leurs familles en proie aux autres Tartares leurs voisins, qui ne manqueroient pas de profiter de leur absence pour les enlever.
On remarque que presque tous les Tartares conservent non-seulement les mêmes usages en général, mais aussi la même façon de bâtir leurs cabanes ; car soit qu’ils habitent dans des huttes, ou qu’ils aient des demeures fixes, ils laissent toujours une ouverture au milieu du toît, qui leur sert de fenêtre & de cheminée. Toutes leurs habitations, soit fixes soit mouvantes, ont leurs portes tournées au midi, pour être à l’abri des vents du nord, qui sont fort pénétrans dans la grande Tartarie.
Les Tartares devroient être libres, & cependant ils se trouvent tous dans l’esclavage politique. L’auteur de l’esprit des lois en donne d’excellentes raisons, que personne n’avoit développées avant lui.
Les Tartares, dit ce beau génie, n’ont point de villes, ils n’ont point de forêts ; leurs rivieres sont presque toujours glacées ; ils habitent une immense plaine ; ils ont des pâturages & des troupeaux, & par conséquent des biens : mais ils n’ont aucune espece de retraite, ni de défense. Sitôt qu’un kan est vaincu, on lui coupe la tête, & ses sujets appartiennent au vainqueur : on ne les condamne pas à un esclavage civil, ils seroient à charge à une nation qui n’a point de terres à cultiver, & n’a besoin d’aucun service domestique ; ils augmentent donc la nation ; mais au-lieu de l’esclavage civil, on conçoit que l’esclavage politique a dû s’introduire.
En effet, dans un pays où les diverses hordes se font continuellement la guerre, & se conquiérent sans cesse les unes les autres ; dans un pays où par la mort du chef, le corps politique de chaque horde vaincue est toujours détruit, la nation en général ne peut guere être libre : car il n’y en a pas une seule partie, qui ne doive avoir été un très-grand nombre de fois subjuguée.
Les peuples vaincus peuvent conserver quelque liberté, lorsque par la force de leur situation, ils sont en état de faire des traités après leur défaite : mais les Tartares, toujours sans défense, vaincus une fois, n’ont jamais pu faire des conditions.
D’ailleurs, le peuple Tartare en conquérant le midi de l’Asie, & formant des empires, doit demeurer dans l’esclavage politique, parce que la partie de la nation qui reste dans le pays, se trouve soumise à un grand maître qui, despotique dans le midi, veut encore l’être dans le nord ; & avec un pouvoir arbitraire sur les sujets conquis, le prétend encore sur les sujets conquérans. Cela se voit bien aujourd’hui dans ce vaste pays qu’on appelle la Tartarie chinoise, que l’empereur gouverne presque aussi despotiquement que la Chine même.
Souvent une partie de la nation Tartare qui a conquis, est chassée elle-même, & elle rapporte dans ses déserts un esprit de servitude, qu’elle a acquis dans le climat de l’esclavage. L’histoire de la Chine nous en fournit des exemples, & notre histoire ancienne aussi. Les Tartares détruisant l’empire grec, établirent dans les pays conquis, la servitude & le despotisme. Les Goths, conquérant l’empire romain, fonderent la monarchie & la liberté.
A moins que toute la grande. Tartarie ne soit entre les mains d’un seul prince, comme elle l’étoit du tems de Genghis-Chan, il est impossible que le commerce y fleurisse jamais : car maintenant que ce pays est partagé entre plusieurs princes, quelque porté que puisse être l’un ou l’autre d’entr’eux à favoriser le commerce, il ne peut y parvenir si ses voisins se trouvent dans des sentimens opposés. Il n’y a même que du côté de la Sibérie, de la Chine, & des Indes, où les marchands peuvent aborder d’ordinaire en toute liberté, parce que les Callmoucks & Moungales négocient paisiblement avec les sujets des états voisins, qui ne leur font pas la guerre.
Disons un mot du droit des gens des Tartares. Ils paroissent entr’eux doux & humains, & ils sont des conquérans très-cruels : ils passent au fil de l’épée les habitans des villes qu’ils prennent ; ils croient leur faire grace lorsqu’ils les vendent, ou les distribueut à leurs soldats. Ils ont détruit l’Asie depuis les Indes jusqu’à la Méditerranée ; tout le pays qui forme l’orient de la Perse, en est resté désert. Voici ce qui paroît avoir produit un pareil droit des gens.
Ces peuples n’avoient point de villes ; toutes leurs guerres se faisoient avec promptitude & avec impétuosité ; quand ils esperoient de vaincre, ils combattoient ; ils augmentoient l’armée des plus forts, quand ils ne l’esperoient pas. Avec de pareilles coutumes, ils trouvoient qu’il étoit contre leur droit des gens, qu’une ville qui ne pouvoit leur résister, les arrêtât : ils ne regardoient pas les villes comme une assemblée d’habitans, mais comme des lieux propres à se soustraire à leur puissance. Ils n’avoient aucun art pour les assiéger, & ils s’exposoient beaucoup en les assiégeant ; ils vengeoient par le sang tout celui qu’ils venoient de répandre.
L’idée naturelle aux peuples policés qui cultivent les terres, & qui habitent dans des maisons, a été de bâtir à Dieu une maison où ils pussent l’adorer ; mais les peuples qui n’ont pas de maisons eux-mêmes, n’ont point songé à bâtir un temple à la divinité. C’est ce qui fit que Genghis-Chan marqua le plus grand mépris pour les mosquées, ne pouvant comprendre qu’il fallût adorer Dieu dans un bâtiment couvert. Comme les Tartares n’habitent point de maisons, ils n’élevent point de temples.
Les peuples qui n’ont point de temples, ont un léger attachement à leur religion. Voilà pourquoi les Tartares se font peu de peine de passer du paganisme au mahométisme, ou à la religion grecque. Voilà pourquoi les Japonois, qui tirent leur origine des Tartares, permirent de prêcher dans leur pays la religion chrétienne. Voilà pourquoi les peuples barbares, qui conquirent l’empire romain, ne balancerent pas un moment à embrasser le christianisme. Voilà pourquoi les Sauvages de l’Amérique sont si peu attachés à leur propre religion ; enfin, voilà pourquoi, depuis que nos missionnaires leur ont fait bâtir au Paraguai des églises, ils sont devenus zelés pour la nôtre.
Mais l’immensité des pays conquis par les Tartares, étonne, & confond notre imagination. Il est humiliant pour la nature humaine, que ces peuples barbares ayent subjugué presque tout notre hémisphère, jusqu’au mont Atlas. Ce peuple, si vilain de figure, est le dominateur de l’univers : il est également
[925] le fondateur & le destructeur des empires. Dans tous les tems, il a donné sur la terre des marques de sa puissance : dans tous les âges il a été le fleau des nations. Les Tartares dominent sur les vastes pays qui forment l’empire du Mogol : maîtres de la Perse, ils vinrent s’asseoir sur le trône de Cyrus, & d’Hystaspes : & pour parler de tems moins reculés, c’est d’eux que sont sortis la plûpart des peuples qui renverserent l’empire romain, s’emparerent de l’Espagne, & de ce que les Romains possedoient en Afrique.
On les vit ensuite assujettir les califes de Babylonne. Mahmoud, qui sur la fin du onzieme siecle, conquit la Perse & l’Inde, étoit un Tartare. Il n’est presque connu aujourd’hui des peuples occidentaux, que par la réponse d’une pauvre femme qui lui demanda justice dans les Indes, du meurtre de son fils, commis dans l’Iraque persienne. Comment voulez-vous que je rende justice de si loin, dit le sultan ? Pourquoi donc nous avez-vous conquis, ne pouvant nous gouverner, répondit la même mere ?
Les Tartares moungales, ou mongoules, ont conquis deux fois la Chine, & la tiennent encore sous leur obéissance. Voici comme l’auteur de l’essai sur l’histoire a peint cette étrange révolution, arrivée au treizieme siecle, c’est un morceau très-intéressant.
Gassar-chan, ayeul de Genghis-chan, se trouvant à la tête des tribus mongoules, plus aguerries & mieux armées que les autres, força plusieurs de ses voisins à devenir ses vassaux, & fonda une espece de monarchie parmi des peuples errans. Son fils affermit cette domination naissante, & Genghis-chan son petit fils, l’étendit dans la plus grande partie de la terre connue.
Après avoir vaincu un rival de gloire, qui possedoit un puissant état entre les siens & ceux de la Chine, il se fit élire souverain des chans tartares, sous le nom de Genghis-chan, qui signifie le grand chan. Revêtu de cette suprème dignité, il établit dans ses troupes la plus belle discipline militaire, & entre autres lois, il en porta une toute nouvelle qui devoit faire des héros de ses soldats. Il ordonna la peine de mort contre ceux qui dans le combat, appellés au secours de leurs camarades, fuiroient au-lieu de les défendre. En même tems il mit en œuvre un ressort qu’on a vu quelquefois employé dans l’histoire. Un prophete prédit à Genghis-chan, qu’il seroit roi de l’univers, & les vassaux du grand chan s’encouragerent à remplir la prédiction. Bientôt maître de tous les pays qui sont entre le Wolga & la muraille de la Chine, il attaqua cet ancien empire qu’on appelloit alors le Catai ; prit Cambalu, que nous nommons aujourd’hui Peking, soumit tout, jusqu’au fond de la Corée, & prouva qu’il n’y a point de grand conquérant qui ne soit grand politique.
Un conquérant est un homme dont la tête se sert, avec une habileté heureuse du bras d’autrui ; Genghis gouvernoit si adroitement la partie de la Chine qu’il avoit conquise, qu’elle ne se révolta point pendant qu’il couroit à d’autres triomphes ; & il sçut sibien régner dans sa famille, que ses quatre fils, qu’il fit ses quatre lieutenans généraux, mirent leur jalousie à le bien servir, & furent les instrumens de ses victoires.
Mohammed Kotbeddin Kouaresm-Schah, maître de Turkestan & de presque toute la Perse, marcha contre Genghis, avec quatre cens mille combattans. Ce fut au-delà du fleuve laxartes, près de la ville Otrar, capitale du Turkestan, & dans les plaines immenses qui sont par-delà cette ville, au 43 degré de latitude, que l’armée de Mohammed rencontra l’armée tartare, sorte de sept cens mille hommes, commandée par Genghis, & par ses quatre fils : les mahométans furent taillés en pieces, & la ville d’Otrar fut prise.
De ces pays qui sont vers la Transoxane, le vainqueur s’avance à Bokharah, capitale des états de Mohammed, ville célebre dans toute l’Asie, & qu’il avoit enlevée aux Samanides, ainsi que Samarcande, l’an de J. C. 1197. Genghis s’en rendit maître l’an 1220. de J. C. Par cette nouvelle conquête, les contrées à l’orient & aumidi de la mer Caspienne, furent soumises, & le sultan Mohammed, fugitif de provinces en provinces, traînant après lui ses trésors & son infortune, mourut abandonné des siens.
Genghis pénétra jusqu’au fleuve de l’Inde, & tandis qu’une de ses armées soumettoit l’Indostan, une autre, sous un de ses fils, subjugua toutes les provinces qui sont au midi & à l’occident de la mer Caspienne, le Corassan, l’Irak, le Shirvan & l’Aran ; elle passa les portes de fer, près desquelles la ville de Derbent fut bâtie, dit-on, par Alexandre. C’est l’unique passage de ce côté de la haute Asie, à travers les montagnes escarpées du Caucase. De-là, marchant le long du Volga vers Moscow, cette armée par-tout victorieuse ravagea la Russie. C’étoit prendre ou tuer des bestiaux & des esclaves ; chargée de ce butin, elle repassa le Volga, & retourna vers Genghis-chan, par le nord-est de la mer Caspienne. Aucun voyageur n’avoit fait, dit-on, le tour de cette mer ; & ces troupes furent les premieres qui entreprirent une telle course par des pays incultes, impraticables à d’autres hommes qu’à des Tartares, auxquels il ne falloit ni provisions ni bagages, & qui se nourrissoient de la chair de leurs chevaux.
Ainsi, dans la moitié de la Chine, & la moitié de l’Indoustan, presque toute la Perse jusqu’à l’Euphrate, les frontieres de la Russie, Casan, Astracan, toute la grande Tartarie, furent subjugués par Genghis, en près de dix-huit années. En revenant des Indes par la Perse & par l’ancienne Sogdiane, il s’arrêta dans la ville de Toncat, au nord-est du fleuve Jaxarte, comme au centre de son vaste empire. Ses fils victorieux, les généraux, & tous les princes tributaires, lui apporterent les trésors de l’Asie. Il en fit des largesses à ses soldats, qui ne connurent que par lui, cette espece d’abondance. C’est de-là que les Russes trouvent souvent des ornemens d’argent & d’or, & des monumens de luxe enterrés dans les pays sauvages de la Tartarie. C’est tout ce qui reste de tant de déprédations.
Genghis tint dans les plaines de Toncat une cour triomphale, aussi magnifique qu’avoit été guerriere celle qui autrefois lui prépara tant de triomphes. On y vit un mélange de barbarie tartare, & de luxe asiatique ; tous les chans & leurs vassaux, compagnons de ses victoires, étoient sur ces anciens chariots scythes, dont l’usage subsiste encore jusque chez les Tartares de la Crimée ; mais les chars étoient couverts des étoffes précieuses, de l’or, & des pierreries de tant de peuples vaincus. Un des fils de Genghis, lui fit dans cette diete, un présent de cent mille chevaux. Ce fut ici qu’il reçut les adorations de plus de cinq cens ambassadeurs des pays conquis.
De-là, il courut à Tangut royaume d’Asie, dans la Tartarie chinoise, pour remettre sous le joug ses habitans rébelles. Il se proposoit, âgé d’environ 70 ans, d’achever la conquête du grand royaume de la Chine, l’objet le plus chéri de son ambition ; mais une maladie l’enleva dans son camp en 1226, lorsqu’il étoit sur la route de cet empire, à quelques lieues de la grande muraille.
Jamais ni avant, ni après lui, aucun homme n’a subjugué tant de peuples. Il avoit conquis plus de dix-huit cens lieues de l’orient au couchant, & plus de mille du septentrion au midi. Mais dans ses conquêtes, il ne fit que détruire ; & si on excepte Bozharah, & deux ou trois autres villes dont il permit qu’on réparât les ruines, son empire de la frontiere
[926] de Russie jusqu’à celle de la Chine, fit une dévastation.
Si nous songeons que Tamerlan qui subjugua depuis une si grande partie de l’Asie, étoit un tartare, & même de la race de Genghis ; si nous nous rappellons qu’Usson-Cassam qui régna en Perse, étoit aussi né dans la Tartarie ; si nous nous souvenons qu’Attila descendoit des mêmes peuples ; enfin, si nous considérons que les Ottomans sont partis du bord oriental de la mer Caspienne, pour mettre sous le joug l’Asie mineure, l’Arabie, l’Egypte, Constantinople, & la Grece : tout cela nous prouvera, que les Tartares ont conquis presque toute la terre.
Les courses continuelles de ces peuples barbares, qui regardoient les villes comme les prisons des esclaves des rois ; leur vie nécessairement frugale ; peu de repos goûté en passant sous une tente, ou sur un chariot, ou sur la terre, en firent des générations d’hommes robustes, endurcis à la fatigue, qui n’ayant rien à perdre, & tout à gagner, se porterent loin de leurs cabanes, tantôt vers le Palus Méotide, lorsqu’ils chasserent au cinquieme siecle les habitans de ces contrées, qui se précipiterent sur l’empire romain ; tantôt à l’orient & au midi, vers l’Arménie & la Perse ; tantôt enfin, du côté de la Chine, & jusqu’aux Indes. Ainsi ce vaste réservoir d’hommes ignorans, forts, & belliqueux, a vomi ses inondations dans presque tout notre hémisphere : & les peuples qui habitent aujourd’hui leurs déserts, privés de toutes connoissances, savent seulement que leurs peres ont conquis le monde.
Mais depuis que les Tartares de l’orient, ayant subjugué une seconde fois la Chine dans le dernier siecle, n’ont fait qu’un état de la Chine, & de la Tartarie orientale : depuis que l’empire ottoman s’est abâtardi dans la mollesse & l’oisiveté ; depuis que l’empire de Russie s’est étendu, fortifié, & civilisé ; depuis enfin que la terre est hérissée de remparts bordés d’artillerie, les grandes émigrations de tels peuples ne sont plus à craindre ; les nations polies sont à couvert des irruptions de ces nations barbares. Toute la Tartarie, excepté la Chine, ne renferme plus que des hordes misérables, qui seroient trop heureuses d’être conquises à leur tour, s’il ne valoit pas encore mieux être libre que civilisé. Toutes ces réfléxions par lesquelles je finis, sont de M. de Voltaire.
J’ai parlé des Tartares avec un peu d’étendue & de recherches, parce que c’est le peuple le plus singulier de l’univers. J’ai mis du choix dans mon extrait, parce que cet ouvrage le requiert nécessairement, & parce que les curieux trouveront tous les détails qu’ils peuvent desirer dans l’histoire des Tartares, imprimée à Paris en 1758, en 5 vol. in-4°. Ce livre de M. de Guignes est excellent, & mérite d’orner toutes les bibliotheques, où l’on rassemble l’histoire des nations. (Le chevalier de Jaucourt.)

http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%9 ... 15#TARTARE


буду БЕЗМЕРНО благодарен.


 
СообщениеДобавлено: 17 янв 2012, 09:33 
Не в сети

Зарегистрирован: 25 авг 2011, 16:04
Сообщения: 5
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
Здравствуйте. Могу перевести. напишите на e-mail: amie86(@)mail.ru


 
 Заголовок сообщения: Re: Помогите, пожалуйста, перевести
СообщениеДобавлено: 17 янв 2012, 09:38 
Не в сети

Зарегистрирован: 25 авг 2011, 16:04
Сообщения: 5
9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме9 года на форуме
Почему J`ai sorti Должно быть Je suis sorti.



 Похожие темы   Автор   Ответы   Просмотры   Последнее сообщение 
Помогите пожалуйста перевести

в форуме Трудности перевода

dev1975

28

2199

19 июл 2018, 08:58

Помогите перевести фильм.

в форуме Доска объявлений

Aleksandr

0

473

03 фев 2019, 03:07

Помогите, пожалуйста, перевести фразу

в форуме Трудности перевода

Kutok

2

661

02 мар 2018, 09:00



Кто сейчас на конференции

Сейчас этот форум просматривают: Bing [Bot] и гости: 3


Вы не можете начинать темы
Вы не можете отвечать на сообщения
Вы не можете редактировать свои сообщения
Вы не можете удалять свои сообщения
Вы не можете добавлять вложения


Перейти:  

Яндекс.Метрика

Для правообладателей :: Стол заказов :: Обратная связь :: Для рекламодателей


© phpBB3 © ppkBB3cker2 © 2009-2020 FrenchClub - Клуб изучающих французский язык и культуру